Connexion

Accueil /

Média /

News

Rapport de MONEYVAL sur la Géorgie : amélioration des pouvoirs du service de surveillance financière pour diffuser des informations aux autorités répressives, mais d'autres lacunes subsistent

La Géorgie a amélioré ses mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ; il a démontré de bons progrès et est passé de "partiellement conforme" à "largement conforme" à la recommandation 29 du GAFI (Groupe d'action financière) relative aux cellules de renseignement financier, conclut l'organisme anti-blanchiment du Conseil de l'Europe MONEYVAL dans un rapport de suivi publié aujourd'hui.

En renforçant les pouvoirs du Service de surveillance financière (Financial Intelligence Unit of Georgia) pour diffuser des informations et des résultats d'analyses sur demande et sans ordonnance d'un tribunal à toutes les autorités chargées de l'application des lois, la Géorgie a remédié à une lacune importante identifiée précédemment. Seules des lacunes mineures subsistent concernant l'absence de référence explicite exigeant que le service de surveillance financière procède à une analyse opérationnelle et stratégique et à la portée de la définition du blanchiment de capitaux.

Le rapport examine également une série de mesures législatives, réglementaires et institutionnelles, telles que l'introduction d'un système central de déclaration électronique pour les casinos en ligne, l'exigence d'un casier judiciaire vierge pour les bénéficiaires effectifs des casinos, la prise de sanctions pour AML/CFT (Anti-Money Laundering and Countering le financement du terrorisme) applicables aux casinos, ainsi que l'introduction d'un large cadre réglementaire pour le secteur des fonds d'investissement. Cependant, ces mesures n'ont pas été suffisantes pour relever les notes des recommandations 22, 28 ou 35, car des lacunes modérées concernant le champ des entreprises et professions non financières désignées couvertes et les régimes de sanctions subsistent.

Dans l'ensemble, la Géorgie a atteint la pleine conformité avec six des 40 recommandations du GAFI constituant la norme internationale de LBC/FT et conserve des lacunes mineures dans la mise en œuvre de 22 recommandations où elle a été jugée « largement conforme ». Onze recommandations restent « partiellement conformes » et l'une d'entre elles a une note « non conforme » (la recommandation exigeant que les pays revoient leurs lois et réglementations pour s'assurer que les organisations à but non lucratif ne peuvent pas être utilisées à des fins de financement du terrorisme).

Par conséquent, la Géorgie devrait rendre compte à MONEYVAL des progrès supplémentaires pour renforcer sa mise en œuvre des mesures de LBC/FT dans un an.

https://www.coe.int

Sélectionné par Virginie GASTINE MENOU

Partenaire de l'article

Aucun

Articles similaires

S’inscrire à la newsletter

Merci pour votre inscription
Oops! Une erreur s'est produite lors de la soumission du formulaire.