Connexion

Accueil /

Média /

News

Résultats Plénière du GAFI, 20-21 octobre 2022

Paris, le 21 octobre 2022 - La première Plénière du GAFI sous la présidence de T. Raja Kumar de Singapour s'est achevée aujourd'hui. Des délégués de plus de 200 juridictions du Réseau mondial ont participé à ces discussions au siège du GAFI à Paris.

Le GAFI a réitéré sa plus profonde sympathie pour les pertes de vies humaines, les souffrances et les destructions inutiles causées par l'invasion russe en cours de l'Ukraine.

Les actions de la Russie continuent de violer les principes fondamentaux du GAFI, qui visent à promouvoir la sécurité, la sûreté et l'intégrité du système financier. À la suite des actions continues de la Russie, le GAFI a décidé d'imposer des restrictions supplémentaires au rôle restant du pays, notamment en l'empêchant de participer aux équipes de projet actuelles et futures du GAFI. Il est également interdit à la Russie de participer aux réunions des organes régionaux de type GAFI en tant que membre du GAFI. Ces mesures ont élargi les actions entreprises par le GAFI en juin , qui ont dépouillé la Russie de tous ses rôles de leadership, entre autres restrictions. Le GAFI continuera à surveiller la situation et examinera à chacune de ses réunions plénières s'il existe des motifs de lever ou de modifier ces restrictions.

Suite aux déclarations publiées en mars, avril et juin 2022, le GAFI rappelle que toutes les juridictions doivent être vigilantes aux risques émergents liés au contournement des mesures prises contre la Russie afin de protéger le système financier international.

Les membres du GAFI ont convenu de publier, pour consultation publique, un projet d'orientations sur la recommandation 24 pour aider les pays et le secteur privé à mettre en œuvre les exigences renforcées du GAFI en matière de propriété effective afin d'empêcher les criminels de dissimuler des activités illicites derrière des structures d'entreprise opaques. Le GAFI a également approuvé la publication d'un document de consultation publique sur les révisions proposées à la recommandation 25 sur la transparence et la propriété effective des constructions juridiques.

Les membres du GAFI ont également approuvé un rapport sur les revenus illicites générés par les chaînes d'approvisionnement du fentanyl et des opioïdes synthétiques apparentés et ont discuté d'un rapport sur le blanchiment d'argent par le biais des arts, des antiquités et d'autres objets culturels, qui sera finalisé d'ici février 2023.

Les délégations ont été informées des autres travaux en cours, y compris un projet sur la lutte contre le blanchiment des produits des attaques de rançongiciels, et des travaux visant à mettre à jour le document des meilleures pratiques du GAFI sur la lutte contre les abus des organisations à but non lucratif. Les délégations ont également été informées des projets et des activités visant à mettre en œuvre la Vision stratégique de mars 2022 pour le réseau mondial de 206 juridictions qui ont convenu conjointement de renforcer leurs régimes pour lutter contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et de la prolifération.

Conformité aux normes du GAFI

Juridictions sous surveillance accrue

Les juridictions soumises à une surveillance accrue travaillent activement avec le GAFI pour remédier aux lacunes stratégiques de leurs régimes de lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et le financement de la prolifération. Lorsque le GAFI place une juridiction sous surveillance renforcée, cela signifie que le pays s'est engagé à résoudre rapidement les lacunes stratégiques identifiées dans les délais convenus. Les nouvelles juridictions soumises à une surveillance accrue sont la République démocratique du Congo (RDC), le Mozambique et la Tanzanie.

Juridictions soumises à un appel à l'action

Le GAFI identifie les pays ou les juridictions présentant de graves lacunes stratégiques pour lutter contre le blanchiment d'argent, le financement du terrorisme et le financement de la prolifération. Ces juridictions font l'objet d'un appel à l'action pour protéger le système financier international. Le Myanmar a été ajouté à la liste des juridictions soumises à un appel à l'action. Lors de l'application de mesures de diligence raisonnable renforcées, les pays doivent veiller à ce que les flux de fonds destinés à l'aide humanitaire, les activités légitimes des OBNL et les envois de fonds ne soient pas perturbés.

Juridictions qui ne font plus l'objet d'une surveillance accrue - Nicaragua et Pakistan

Nicaragua

Le GAFI note les progrès du Nicaragua dans l'amélioration des éléments de son régime de LBC/FT couverts par son plan d'action. Le Nicaragua a remédié aux lacunes techniques pour respecter les engagements de son plan d'action concernant les lacunes stratégiques dans les domaines identifiés par le GAFI en février 2020. Le Nicaragua n'est donc plus soumis au processus de surveillance renforcée du GAFI.

Cependant, le GAFI est fortement préoccupé par la mauvaise application potentielle des normes du GAFI qui entraînerait la suppression du secteur à but non lucratif du Nicaragua. Le Nicaragua devrait continuer à travailler avec le GAFILAT pour améliorer encore son régime de LBC/FT, notamment en veillant à ce que sa surveillance des OBNL soit fondée sur les risques et conforme aux normes du GAFI. Le Nicaragua est vivement encouragé à continuer de coopérer avec le GAFILAT sur cette question.

Pakistan

Le GAFI salue les progrès significatifs du Pakistan dans l'amélioration de son régime de LBC/FT. Le Pakistan a renforcé l'efficacité de son régime de LBC/FT et a remédié aux lacunes techniques pour respecter les engagements de ses plans d'action concernant les lacunes stratégiques que le GAFI a identifiées en juin 2018 et juin 2021, ce dernier ayant été achevé avant les délais, englobant 34 éléments d'action au total. Le Pakistan n'est donc plus soumis au processus de surveillance renforcée du GAFI.

Le Pakistan continuera de travailler avec l'APG pour améliorer encore son système de LBC/FT.

Initiatives stratégiques

Améliorer le recouvrement des avoirs

Sous la présidence de Singapour, et conformément aux priorités stratégiques convenues par ses ministres en avril, le GAFI s'emploie à améliorer les résultats en matière de recouvrement d'avoirs et à supprimer ainsi les incitations financières qui stimulent l'activité criminelle. Les délégués ont exprimé leur soutien aux principaux points convenus lors de la première table ronde conjointe GAFI-INTERPOL (FIRE) qui s'est tenue à Singapour en septembre 2022. Les participants ont reconnu que le montant des produits du crime confisqués est estimé à moins de 1 % du total. produits du crime, et qu'une action ambitieuse et décisive est nécessaire de la part du GAFI et de ses membres pour accélérer le recouvrement des avoirs. Les participants ont convenu de l' importance d' un cadre juridique solide pour poursuivre efficacement le recouvrement des avoirs ,résultats de FIRE pour plus d'informations).

Lors de cette plénière, les délégués ont été informés des projets en cours visant à renforcer les normes du GAFI sur le recouvrement d'avoirs et à améliorer les réseaux inter-agences de recouvrement d'avoirs tels que ARIN/CARIN.  

Les délégations ont également souligné la nécessité pour le GAFI de continuer à travailler en étroite collaboration avec INTERPOL, le Groupe Egmont, l'ONUDC, la Banque mondiale et d'autres partenaires, afin de promouvoir une action efficace de recouvrement d'avoirs, notamment par le recours à des mécanismes et pratiques efficaces. Ils ont convenu que le GAFI devrait continuer à jouer un rôle moteur de manière proactive afin d'améliorer la coopération internationale dans ce domaine et de favoriser un meilleur recouvrement des avoirs à l'échelle mondiale.

Améliorer l'accès aux informations sur les bénéficiaires effectifs

Orientation sur la propriété réelle (R.24)

En mars 2022, le GAFI a renforcé sa recommandation 24 et sa note interprétative qui obligent les pays à prévenir l'utilisation abusive de structures sociétaires, ou de personnes morales, à des fins de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme et à s'assurer qu'il existe des informations adéquates, exactes et à jour informations sur les bénéficiaires effectifs et le contrôle des personnes morales. Pour guider les pays et le secteur privé dans la mise en œuvre de ces nouvelles exigences, le GAFI a élaboré un Guide sur la propriété effective qui sera publié pour une consultation publique complète afin de solliciter une contribution plus large des parties prenantes. Le GAFI prévoit de finaliser les orientations en février 2023.

Ces orientations se concentrent actuellement sur la Recommandation 24 et seront mises à jour lorsque le GAFI aura terminé son examen de la Recommandation 25 sur les constructions juridiques.

Renforcement de la norme du GAFI sur les informations sur les bénéficiaires effectifs pour les fiducies et autres constructions juridiques

Le GAFI a également convenu de publier les modifications proposées à la Norme du GAFI sur les bénéficiaires effectifs des constructions juridiques (Recommandation 25) pour consultation publique.

Les révisions proposées tiennent compte des avis reçus sur le livre blanc que le GAFI a publié pour consultation publique en juin 2022 et visent à garantir une approche équilibrée et cohérente de la propriété effective dans les recommandations du GAFI sur les fiducies et autres constructions juridiques. Le GAFI prévoit de finaliser ces révisions en février 2023.

Produits illicites générés par les chaînes d'approvisionnement du fentanyl et des opioïdes synthétiques apparentés

Le GAFI s'est également efforcé d'aider les forces de l'ordre et d'autres autorités à mener plus efficacement des enquêtes financières sur le commerce illicite croissant de fentanyl et d'autres opioïdes synthétiques. En Amérique du Nord, l'utilisation non médicale du fentanyl a causé un nombre record de décès par surdose et une épidémie de tramadol a un impact significatif sur la santé publique dans certaines parties de l'Afrique. Dans toute l'Asie également, de plus en plus de pays signalent également un nombre croissant de cas. Bien que la majorité des pays identifient le trafic de drogue comme une infraction sous-jacente majeure pour le blanchiment d'argent, et le nombre croissant d'incidents entraînant des pertes de vie, les enquêtes et les poursuites pour blanchiment des produits du trafic d'opioïdes synthétiques restent faibles. Le rapport du GAFI, qui sera publié à la mi-novembre, comprend des indicateurs de risque qui peuvent aider à identifier les activités suspectes et formule des recommandations sur les meilleures approches pour détecter et perturber les flux financiers liés à ce commerce illégal. Cela comprend la formation des forces de l'ordre et des procureurs pour mieux comprendre la chaîne d'approvisionnement et le rôle de l'industrie pharmaceutique, la coopération internationale entre les pays d'origine, de transit et de destination, et les partenariats public-privé pour partager les informations d'alerte et aider le secteur privé à mieux identifier et signaler une activité suspecte.  

Plus sur:

Juridictions sous surveillance accrue - 22 octobre

Juridictions à haut risque faisant l'objet d'un appel à l'action - Octobre 2022

https://www.fatf-gafi.org/

Sélectionné par Virginie GASTINE MENOU

Partenaire de l'article

Aucun

Articles similaires

S’inscrire à la newsletter

Merci pour votre inscription
Oops! Une erreur s'est produite lors de la soumission du formulaire.