Connexion

Accueil /

Média /

Edito

Discours d'ouverture du commissaire McGuinness lors d'un séminaire de haut niveau de la Cour des comptes européenne, "Nouveau modèle de surveillance AML-CTF de l'UE : attentes contre faisabilité"

16 septembre 2022

Discours d'ouverture du commissaire McGuinness lors d'un séminaire de haut niveau de la Cour des comptes européenne, "Nouveau modèle de surveillance AML-CTF de l'UE : attentes contre faisabilité"

Alors une très bonne matinée à tous.

Je regarde les chiffres impliqués dans cette conférence ce matin, et ils augmentent. Donc, beaucoup de gens, beaucoup d'expertise se sont réunis ici.

Et je tiens à vous remercier Mihails, et bien sûr le président Lehne, et bien sûr le sous-ministre pour ce niveau d'engagement dans ce qui est un sujet absolument important.

Je vais répondre à vos trois questions, parce que vous me les avez posées très clairement, puis je vous ferai mes remarques liminaires.

Donc sur la question de l'urgence. Ma présence ici devrait refléter le sentiment d'urgence que je ressens à propos de ce sujet.

Et vous entendrez pourquoi au fur et à mesure de mon discours, parce que cela touche le cœur de notre société, et cela corrompt, absolument, s'il n'est pas traité correctement.

La deuxième question est de savoir si nous sommes bien soutenus à ce sujet. Nous le sommes absolument, parce que je pense que dans tous les États membres et au Parlement européen, il est reconnu que notre travail à ce jour sur la lutte contre le blanchiment d'argent n'a pas été suffisant, et nous devons faire un grand pas en avant.

Votre troisième question sur les progrès. Je suis satisfait des progrès - je suis généralement impatient, alors bien sûr je veux exhorter les colégislateurs à avancer aussi vite qu'ils le peuvent. Mais je veux aussi qu'ils fassent un travail solide afin d'améliorer notre proposition et de lutter contre le blanchiment d'argent à un moment où nous savons qu'il s'agit d'un problème très grave.

Et effectivement, Mihails, vous avez mentionné le contexte géopolitique, et je pense que nous en sommes tous conscients.

Donc, tout ce qui corrompt notre système financier, nous devons nous y attaquer de front.

Permettez-moi donc de reprendre mes remarques d'introduction pour l'événement de ce matin, et merci encore de nous avoir tous réunis.

La supervision est cruciale et je pense que le cœur de la conférence d'aujourd'hui portera sur la manière de superviser activement et efficacement les nouvelles règles qui entreront en jeu.

Peut-être pour dire que parfois, lorsque nous parlons de règles et de réglementations concernant le blanchiment d'argent, et même d'autres sujets, elles semblent sèches. Il s'agit de règles, de procédures et de tout ce qui va avec.

Mais fondamentalement, lorsque nous parlons de blanchiment d'argent, nous parlons de confiance et d'intégrité – ou en fait d'attaque contre la confiance et l'intégrité dans notre système financier.

Et en tant que citoyens, nous devrions pouvoir faire confiance au système financier.

L'argent sale détruit la confiance et corrompt le système.

Nous ne pouvons pas permettre que l'argent sale soit blanchi et nettoyé de ses origines illégales et corrompues par le biais de nos institutions financières.

Je pense que l'accent renouvelé sur les oligarques russes nous a rappelé que ceux qui se livrent à des activités, des activités illégales autour du blanchiment d'argent, peuvent trop facilement transférer leur argent sale dans notre système financier et cacher ses origines.

Permettez-moi de faire un pas en arrière. Parce que nous devons reconnaître, et en particulier dans ce forum, qu'il y a des crimes réels et terribles derrière l'argent sale.

Nous avons organisé des gangs criminels. Nous avons des marchands d'armes. Nous avons des trafiquants de drogue, des passeurs – y compris des enfants, des passeurs d'enfants et des terroristes.

Ainsi, les crimes qui mènent à l'argent sale sont épouvantables.

Ils infligent la misère aux familles et aux communautés, puis ces criminels nettoient leur argent par le biais de nos institutions financières traditionnelles.

Et c'est totalement inacceptable. Elle porte atteinte à l'intégrité même au cœur du système financier dans son ensemble.

Et je pense que nous savons tous que malgré notre travail de lutte contre le blanchiment d'argent, nous avons encore du travail à faire.

Et encore une fois, en référence à l'année dernière, lorsque nous avons proposé une révision majeure des règles de l'UE en matière de lutte contre le blanchiment d'argent.

Cela indique très clairement le travail que nous faisons et pourquoi nous le faisons.

Brièvement, je souhaite donner un aperçu de ce qui figurait dans notre proposition - avec un accent particulier sur la nouvelle autorité européenne de lutte contre le blanchiment d'argent.

Nous proposons une nouvelle approche de la supervision européenne.

Nous devons très considérablement renforcer notre arsenal juridique et institutionnel.

Et je vous rappellerai les problèmes avec les arrangements actuels.

Aujourd'hui, nos règles AML sont basées sur des directives – qui sont transposées dans le droit national.

Et nous savons que cela a entraîné des différences entre les États membres et, en fait, des retards dans la mise en œuvre.

Au sein de ces directives, les règles énoncées ne sont pas suffisamment granulaires et il n'y a pas suffisamment de convergence.

Et il n'y a pas assez de coordination au niveau de l'UE.

Et tout ce manque de coordination, de fragmentation, entrave la coopération entre les différents superviseurs nationaux et les cellules de renseignement financier.

Essentiellement, nous avons beaucoup trop de fragmentation et de divergence au sein de l'Union européenne.

Notre proposition comble donc ces lacunes par une approche véritablement européenne de la lutte contre le blanchiment d'argent.

Nous avons vu à quel point cela peut fonctionner sur les marchés, la banque et l'assurance avec les autorités européennes de surveillance et avec les organes de l'union bancaire.

Et nous utilisons ces expériences pour alimenter notre approche en matière de lutte contre le blanchiment d'argent.

Alors, qu'y a-t-il dans notre package, qu'y a-t-il dans notre package AML ?

Quatre éléments différents qui, ensemble, représentent une nouvelle approche européenne de la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

D'abord le nouveau règlement LBC.

Pour la première fois, nous fixons des règles directement applicables, avec ce que nous appelons « le règlement unique ».

Cela signifie que le secteur privé appliquera les mêmes règles, quel que soit l'endroit où il se trouve dans l'Union européenne.

Le deuxième élément est une nouvelle directive AML.

Il s'agit des règles qui ne peuvent légalement être incluses dans un règlement et qui sont destinées aux pouvoirs publics.

L'idée ici est de laisser une certaine latitude aux États membres pour décider comment ils souhaitent structurer leurs propres systèmes, y compris le fonctionnement de la surveillance et de la coopération nationales.

Troisièmement, nous étendons le règlement sur les transferts de fonds à l'espace virtuel et crypto.

Et cela apportera une transparence indispensable aux transferts cryptographiques, ce qui contribuera à remédier à une nouvelle vulnérabilité dans notre lutte contre le blanchiment d'argent.

Quatrièmement et enfin - et mon objectif aujourd'hui - est une nouvelle Autorité européenne de lutte contre le blanchiment d'argent, ou AMLA.

Maintenant, je crois que l'AMLA change la donne dans la lutte contre le blanchiment d'argent.

Il deviendra le centre de notre nouveau système de supervision – entreprenant lui-même une partie de la supervision, tout en coordonnant et en fixant des normes élevées pour le reste.

Maintenant, tout d'abord, l'AMLA supervisera directement les organismes transfrontaliers du secteur financier exposés au risque le plus élevé de blanchiment d'argent.

Et pour cela nous suivons la très bonne expérience de la supervision bancaire au sein de l'Union bancaire.

Il y aura des équipes de surveillance conjointes impliquant des superviseurs nationaux, similaires à la façon dont le mécanisme de surveillance unique surveille les banques.

Les critères des entités qui seront directement contrôlées par la LBA sont en cours de discussion au Parlement européen et dans les États membres.

Deuxièmement, la LBA favorisera des normes élevées, la convergence et une culture commune parmi les superviseurs nationaux.

Et cela signifie que l'AMLA contribuera à améliorer la supervision à tous les niveaux - même pour les entités qu'elle ne supervise pas directement.

Et cela encouragera la coopération et l'interaction entre l'AMLA et les superviseurs nationaux.

Ainsi, ce système de surveillance s'appuiera sur la coopération entre la LBA et les autorités de surveillance nationales – et les deux ont un rôle essentiel à jouer.

L'Autorité aura également un rôle de coordination dans le secteur non financier.

Enfin, la LBA soutiendra la coopération entre les cellules de renseignement financier et permettra des analyses conjointes des activités suspectes au niveau de l'UE.

Donc, globalement, nous mettons en place un système à deux vitesses.

Il existe un niveau de supervision européenne directe et un autre niveau de supervision nationale avec plus de coordination au niveau européen.

Mais les deux niveaux sont tout aussi importants.

Et il y aura une gestion prudente de la relation entre ces deux niveaux.

La distinction entre contrôle national et contrôle direct LBA sera soigneusement définie.

Notre proposition envisage que nous décidions tous les trois ans quelles entités seront supervisées directement par l'AMLA – en s'éloignant de la supervision nationale.

Il y aura également la possibilité pour AMLA de pouvoir reprendre la supervision directe d'une entité particulière dans des circonstances exceptionnelles.

Au quotidien, nous voulons nous assurer que les autorités nationales et l'AMLA travaillent vraiment bien ensemble.

Pour la supervision directe, les équipes conjointes de supervision comprendront du personnel des superviseurs nationaux, comme je l'ai mentionné.

Pour la supervision indirecte, l'AMLA deviendra une plaque tournante capable de coordonner l'échange d'informations et la coopération.

Et les autorités nationales seront représentées au Conseil général de l'AMLA.

Et le conseil général réunira les superviseurs nationaux lorsqu'il s'agira de questions de supervision.

Et il réunira les Cellules de Renseignement Financier lorsque les affaires les concernent.

Des observateurs spécialisés seront également invités, le cas échéant, par exemple des autorités européennes de surveillance ou d'Europol et d'Eurojust.

Cela aidera donc tous les organes concernés de ce nouveau système à coopérer.

Maintenant, en ce qui concerne le calendrier, notre planification actuelle est que l'Autorité démarre en 2024, atteigne son effectif complet en 2025 et commence à effectuer une supervision directe en 2026.

En même temps, la mise en place de la LBA ne signifie pas que la Commission abdique nos responsabilités.

Loin de là.

En fait, selon notre proposition, la Commission assumera des rôles spécifiques par rapport à la LBA.

La Commission joue un rôle important dans l'établissement de normes.

Et ici, nous nous appuyons sur notre vaste expérience avec les trois autorités européennes de surveillance.

L'AMLA sera habilitée à élaborer des normes techniques réglementaires pour compléter le règlement unique.

La Commission transposera ces normes dans la législation au moyen d'actes délégués.

Et la Commission rédigera également la méthodologie pour fixer les redevances qui contribueront à payer la supervision européenne.

Deuxièmement, la Commission joue également un rôle dans la gouvernance de la LBA.

La Commission siègera aux deux organes de gouvernance: le conseil exécutif et le conseil général.

Le conseil d'administration de l'AMLA prendra notamment des décisions sur l'administration, les opérations et le fonctionnement de l'AMLA, telles que son projet de budget.

Un membre votant du conseil d'administration sera issu de la Commission.

Et cela reflète le fait qu'une contribution importante au financement de l'AMLA proviendra du budget de l'UE.

L'accord de la Commission sera requis lorsque le conseil d'administration décidera du budget, de l'administration, de la passation des marchés, du recrutement et de l'audit de l'AMLA.

Et cela donne à la Commission un niveau de contrôle légèrement différent par rapport aux autorités européennes de surveillance, par exemple.

La Commission aura également un membre sans droit de vote au sein du conseil général de l'AMLA.

Jusqu'à présent, mes remarques se sont concentrées sur les propositions de la Commission, publiées en juillet dernier.

Comme vous le savez, ces propositions sont en cours d'élaboration au niveau des États membres et même au Parlement européen.

Alors quelques mots sur le progrès.

Et nous sommes en bonne voie.

Parce qu'avant l'été, les colégislateurs sont parvenus à un accord sur le règlement sur les transferts de fonds - les nouvelles règles de transparence des transferts cryptographiques.

Ces règles entreront en vigueur en même temps que le règlement sur les marchés des actifs cryptographiques, ou MiCA - les règles générales sur la cryptographie que l'UE met en place.

Quant à l'AMLA, le Parlement européen devrait adopter son rapport plus tard cette année.

Et nous attendons avec impatience de revoir la position du Parlement une fois que les députés auront débattu et voté leurs amendements.

Du côté du Conseil, les États membres sont parvenus à un mandat de négociation sur le règlement LBA – à l'exception du siège de la nouvelle agence et de toute implication en termes de ressources d'un éventuel rôle élargi de l'agence.

Les amendements les plus significatifs du Conseil portent sur le périmètre des entités éligibles à la surveillance directe de la LBA.

Les États membres ont élargi le champ d'application pour inclure davantage de types d'entités assujetties, telles que les fournisseurs de services de cryptoactifs.

Les négociations interinstitutionnelles, ou trilogues, sur la LBA débuteront très probablement au début de l'année prochaine.

J'ai concentré mes remarques sur la proposition de la Commission - mais je m'attends à ce que les principaux éléments soient inclus dans ce qui est convenu par les colégislateurs, espérons-le plus tard cette année.

Nous avançons rapidement sur ces réformes, ce qui reflète l'engagement de toutes les personnes impliquées dans ce travail.

C'est pourquoi, Mihails, je disais très directement à votre question sur les progrès que je perçois un très fort désir dans les États membres et au Parlement européen d'achever ce travail afin que nous améliorons considérablement la manière dont nous luttons contre le blanchiment d'argent dans notre système.

En terminant, je veux revenir sur cette question de confiance.

La confiance est absolument fondamentale.

Nous ne pouvons pas atteindre tous nos objectifs ambitieux pour le système financier sans confiance.

Et comme vous avez mentionné Mihails, les scandales répétés autour du blanchiment d'argent impliquant des institutions financières traditionnelles sapent absolument cette confiance.

Nous devons donc combler les lacunes qui existent dans nos règles sur le blanchiment d'argent.

Et nous devons construire un régime anti-blanchiment véritablement européen.

Et je pense que nous tous réunis ce matin sommes concentrés sur la réalisation de cela.

Je vous remercie donc vivement de m'avoir donné l'occasion d'ouvrir cette importante conférence et je vous souhaite à tous des discussions très fructueuses.

👉 https://ec.europa.eu/info/index_en

--------------------------------

p/o Virginie Gastine Menou

RISQUES ET VOUS

http://www.risquesetvous.fr/

https://www.linkedin.com/company/risques-et-vous

 

 

✍🏼Proposer une offre de job : https://www.graces.community/recruteur

💈 Consulter les offres qui vous correspondent : https://www.graces.community/candidat

Partenaire de l'article

Aucun

Articles similaires

S’inscrire à la newsletter

Merci pour votre inscription
Oops! Une erreur s'est produite lors de la soumission du formulaire.